Nous avons précédemment évoqué la nouvelle tendance activiste de certaines femmes à garder (et chérir) leur pilosité. Aujourd’hui, nous parlons des imberbes, celles qui préfèrent limiter cette activité pilaire sur leurs corps. Armées de rasoir, de pinces, de ciseaux ou de cire chaude, nous nous intéressons aux adeptes de la mode du court, du déplumé, du travaillé. Pourquoi s’épiler et pour qui s’épiler ? Vérifions si Monsieur est constamment à l’origine de ces décisions.


Quand l’épilation fait partie de notre héritage.

Selon l’article sur l’épilation du blog Portail de la Mode, s’enlever les poils est un critère de beauté, présent depuis des lustres dans diverses civilisations. Un modèle d’esthétique, qui nous permettrait d’assouvir notre volonté constante « de se démarquer de l’animalité » selon l’ethnologue Pr Bromberger.  Il faut savoir que la chasse aux poils a débuté depuis bien longtemps, bien avant toute trace de pornographie télévisée, on vous l’assure.

      En effet, après l’invention de la pince à épiler par nos ancêtres préhistoriques, les aristocrates de l’Égypte ancienne, ont utilisé l’épilation pour différencier les classes sociales. Plus vous étiez poilus, plus vous étiez proche de l’état animal. (Aimable!). Chez les Gréco-Romains, les barbiers étaient une communauté reconnue, qui ne laissait personne échapper à leurs lames : de l’empereur à son cireur de tatanes ! (Cela permettait, entre autres, à la communauté masculine, de porter ces jolies petites tuniques courtes, que nous retrouvons sur chaque page des BD d’Astérix)!

Comme quoi, que ce soit chez les Grecs ou chez les Egyptiens, le poil est depuis longtemps la mauvaise herbe du corps humain…

Photo Bruce Mars – Unsplash

Quelle est la tendance d’aujourd’hui?

      La marque allemande d’épilateurs Braun a, récemment, réalisé une étude sur le sujet et relate que malgré les tendances activistes que nous trouvons sur les réseaux sociaux, la femme resterait très proche de son épilation. 81% d’entre elles s’épilent pour leur plaisir personnel et y prennent gout. Il est vrai qu’avoir la peau douce, ça requinque. (Même si nous serrons les dents, lorsqu’il s’agit de tirer sur cette bande de cire chaude, collée à notre dessous de bras).

Épilation saisonnière: duvet douillet l’hiver, coupe courte l’été.

   Nous l’aurons compris, beaucoup de femmes aiment entretenir leur pilosité pour se sentir attirantes. Cependant, même si nous avons toutes entendu, (et détesté à un moment donné) la phrase, « il faut souffrir pour être belle », chacune met en place sa stratégie pour éviter la torture.

   Une grande majorité d’entre nous pratiquent l’épilation saisonnière. Le besoin de chaleur des jours hivernaux, est une très belle excuse pour laisser le poil s’émanciper. On ne refuse jamais une épaisseur en plus, sous les 0°c parisiens du mois de décembre.  Mais lorsqu’il s’agit de dévoiler ses gambettes sous une petite jupe et de vêtir le petit bikini estival, ces dames s’arment de rasoirs !

Photo Velizar Ivanov – Unsplash

Les femmes s’épilent-elles pour elles ?

      Si vous voyez encore l’épilation intégrale comme une forme totale de misogynie envers la femme soumise, détrompez vous ! Les femmes qui se rase, pensent bien plus à leur plaisir personnel qu’on ne le croit. En effet, il semblerait que les personnes complètement épilées au niveau du sexe, aient une vie intime riche et diversifiée. (Cela n’empêche pas une femme poilue de ne pas s’éclater, on ne dit pas le contraire).

      De plus, selon Marie Claire, l’épilation intégrale est une forme de « mise à nue » pour la femme et, en plus d’accentuer la sensibilité de son pubis, elle permet une ouverture psychologique qui lui déclencherait plus de plaisir. Alors ? On est toujours convaincu que toutes les femmes s’épilent pour leurs hommes ? Malignes que nous sommes.

Photo Viliman Viliman – Unsplash

Question santé, qu’est-ce que nous apprenons ?

      Contrairement aux idées reçues, l’épilation intégrale n’est pas mauvaise pour la santé. Cependant, beaucoup de scientifiques dénoncent que s’il y a poils, il y a utilité. Et cela n’est pas totalement faux ! Nos chers amis jouent les rôles de protecteurs et de régulateurs thermiques et olfactifs.

      Néanmoins, rien ne prouve officiellement, qu’un arrachage complet de nos pelages soit néfaste pour notre corps. Restez tout de même vigilant aux méthodes utilisées (laser, rasoirs, cires, crèmes…), qui peuvent ne pas être très bienveillantes pour votre santé.

 

Pouvons-nous maintenant faire la paix avez la mode de l’intégrale ? Nous l’assurons, « nénette imberbe » n’est pas forcément synonyme de « soumission », « pornographie » ou « pression sociale ». Les épilées ont bien d’autres idées derrière la tête et, comme nous l’avons vu, leur propre plaisir sexuel est loin d’être mis à l’écart.

Peu importe où vous vous situez, une femme poilue n’est pas une femme sale, et une femme épilée n’est pas forcément féminine. Poil et féminité n’ont rien à voir ensemble. Alors on range ses préjugés au fond de sa poche arrière, on teste les deux, et on garde celui qui nous flatte le plus !

Photo Rawpixel – Unspalsh

Avant de partir!

      Avant de partir, si vous restez convaincu que l’épilation est imposée par la gente masculine, regardez :

      Selon un article du blog Masculin.com, plus de la moitié des hommes (68%) sont prêts à  s’épiler pour « faire plaisir à leur moitié ». Tiens donc, ne serait-ce pas la même chose que chez les femmes ?

Isabelle Quenin, spécialiste Santé d’Europe 1, parle de « parité dans l’affaire du poil ». Les hommes se mettent à la cire, à la tondeuse ou au rasoir, chez eux ou en institut et ce n’est plus un tabou.

Et que pensent-ils de l’épilation féminine ?

      Les formes d’épilations appréciées chez la femme par ces Messieurs, sont diverses et variées. Certains ont leur petite préférence et le reste du groupe s’en moque (Oui on se doute que ça ne doit pas être le plus important en fin de compte).  Quant à l’intégrale, elle n’est pas forcément au top de la liste, et le style au naturel n’est pas, non plus, en bas de l’échelle. Alors, que choisissez-vous maintenant ? Le buisson naturel et activiste ou la douceur séductrice de l’intégrale ?

Réfléchissez, discutez, coupez ou gardez, peu importe. Bien que nos gouts pilaires puissent être une de nos banales préoccupations, il ne faut pas nous torturer l’esprit pour l’aspect de nos buissons.

 


Pensez à jeter un oeil à l’article précédent:

Libre et Poilue, et vous?


Epil.fr, L’épilation à travers l’Histoire ; L’épilation du début du XX à nos jours

Femme Actuelle, Épilation du maillot (…)

Marie Claire, Épilation intégrale du maillot: on démêle le vrai du faux ; Épilation du maillot, ce que les hommes préfèrent vraiment. 

Fashion & Psyche Magazine: Micro Trottoir. Les Poils vous en pensez quoi? 

Journal des Femmes, Les tendances épilation 2018

Masculin.com: Tout ce qu’il faut savoir sur les Hommes et l’épilation

Europe 1: Épilation, que préfère les hommes et les femmes ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *