Damon Hall

Les Secrets

Classy Spicy

03.03.2022

     Les secrets existent pour être répétés. Ils sont faits pour vivre dans le murmure et non délaissés dans le silence. Le creux de l’oreille, par sa voûte et sa complexité, est conçu pour recevoir les secrets chuchotés. Et chaque secret gardé est un jour dévoilé, quand le moment est bon, quand il est accepté ; car les secrets se libèrent toujours.

     Alors on se parle à l’oreille, on murmure. Puis on se regarde du coin de l’œil, complices, et les mots deviennent inutiles. Le secret est partagé.
Et le secret s’échappe, et le secret s’envole, il passe de bouche en bouche, de parole en parole, pour enfin revenir, à celui à qui l’on a promis, de ne jamais en parler.
Le secret se transforme alors en une vérité. Et parce qu’il est trop vrai, trop impur, trop cru, on comprend pourquoi il fut caché à ses débuts.

     Mais le secret est un piège, le secret est un paradoxe. Car plus il est fort, honteux, inhumain, plus on voudrait le conserver. Mais cette force, cette honte et cette inhumanité forment son essence même de secret. Et les secrets se libèrent toujours.
Alors il faudrait certainement que paix soit faite avec les secrets, qu’on les accepte, que l’on se prépare à ce qu’ils soient dévoilés. Que nous soyons humbles face à la honte qu’ils entraînent et l’inhumanité qu’ils dénudent. Le secret est plus fort que nous, car le secret est une vérité. Une vérité incontrôlée, que nous subissons, et que nous souhaiterions briser, en la faisant secret.

     Oui, les secrets sont faits pour être chuchotés, car l’homme n’est pas imaginé pour les garder. Les dévoiler enlève un poids, apaise un mal. Et les conserver est un danger. Car un secret qui n’est jamais susurré est un secret qui blesse. Et il a été prévenu qu’un secret se libère toujours. Et si ce n’est pas par la voix, ce sera par les gestes et par la chair. Le secret se bat pour s’émanciper, et il se bat contre le corps qui le retient. Non formulé, il use les existences traversant les générations, marqué sur les peaux d’une encre invisible. On le porte et on le transporte, sans savoir le situer, sans savoir l’expliquer.

Un secret présent, mais ignoré est encore plus dangereux qu’un secret conscient mais caché.